BID-AF2015-0004-NAC PLANTE HORTICOLE DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE AU TOGO
最新版本 由 Université de Lomé 發佈於 2018年5月2日 Université de Lomé

METADONNEES SUR LES LISTES DES PLANTES HORTICOLES ORNEMENTALES DU TOGO L’horticulture est la branche de l’agriculture qui, à l’origine, regroupait toutes les espèces végétales produites au jardin (hortus). Si, au niveau international l’horticulture recouvre les fleurs, les fruits et les légumes, en France ce terme s’applique plus spécifiquement à la culture des espèces ornementales (Viguier, 2006). L’horticulture ornementale est un secteur qui présente d’importantes particularités par rapport à l’agriculture en général. Elle recouvre plusieurs familles de produits telles que fleurs et feuillages coupés, plantes en pots, plantes à massifs, bulbiculture et pépinières. Ces productions ont généré différentes industries notamment la distillerie pour la production d’huiles essentielles, la production de substances pour l’industrie pharmaceutique, les compléments alimentaires et les herbes aromatiques (Widehem et Cadic, 2005 ; Viguier, 2006). Dans le souci de conserver et d’améliorer la qualité des végétaux sauvages et d’accroître leur rendement, l’homme a ainsi très tôt tenté de les apprivoiser sur des étendues plus ou moins grandes. Mais au-delà de cette notion utilitaire, de nombreux peuples aiment les plantes pour leur seule beauté (Barloy, 1984), que ce soit la beauté du feuillage, de l’allure ou du port, des fleurs ou des fruits. Elles sont aussi aimées pour le parfum qu’exhalent leurs organes. Les plantes ornementales agrémentent le cadre de vie ; elles sont sollicitées pour diverses manifestations (naissances, anniversaires, mariages, obsèques etc.) et la fleur accompagne tous les moments d’émotion (Aké Assi, 2002). Dans un environnement, de plus en plus urbanisé, le besoin de verdure et de fleurs est davantage ressenti. Dans les pays industrialisés, ce besoin est développé principalement pour des raisons esthétiques et pour ses bienfaits écologiques (Miller, 1997; Nilsson et Randrup, 1997). Selon Widehem (1997), si 20% des surfaces cultivables étaient en Europe, cette dernière fournirait à la production, 56% de la valeur des fleurs coupées, plantes en pots, plantes à balcons et à massifs. L’Asie représentait 60% des surfaces cultivées et 20% du chiffre d’affaires à la production. Le secteur des plantes ornementales représente 6% de la production agricole de l’Union européenne. La production communautaire de fleurs et de plantes est faite sur 160.000 hectares et sa valeur est de l’ordre de 16 milliards d’euros par an. C’est un secteur en expansion, tant en volume qu’en valeur. Les Pays-Bas produisent à peu près 30% en valeur des plantes ornementales de l’Union européenne et 87% des exportations européennes de fleurs coupées (Widehem et Cadic, 2005). Le Moyen-Orient et l’Afrique représentait 2,4% des surfaces cultivées et 2,3% du chiffre d’affaires à la production avec le Kenya et l’Israël comme fournisseurs réguliers (Widehem, 1997). Dans les pays subsahariens, la productivité agricole est deux à trois fois plus faible que la moyenne mondiale et l’écart de production entre pays en développement et pays développés se creuse (Fleury et al., 2008 ; Ba, 2007). La situation se reflète dans la production de la grande majorité des produits horticoles pour lesquels la productivité par habitant est en déclin.En Afrique subsaharienne, où seulement 10% des terres sont considérées comme cultivables, les produits horticoles sont essentiellement cultivés par les petits et moyens exploitants (Wasilwa, 2008 ; Wagner, 2005).Au Kenya par contre, la floriculture est en plein essor et cette activité est en passe de détrôner le tourisme et la culture du thé. En 2007, la culture florale représentait 45% de ses exportations horticoles en général, soit un apport de 32 millions de shillings kényans sur l’année soit plus de 455 millions de dollars américains (Provenzano, 2008). Actuellement la flore du Togo est estimée à 3451 espèces dont 612 sont introduites (Radjietal., 2010 ; Kokou, 1998 ; Guelly, 1994 ; Akpagana, 1992b). Bien que plusieurs exploitations ou pépinières de plantes ornementales s’observent à tous les coins de rues à Lomé et de plus en plus dans les villes secondaires du pays, ces estimations font très peu mention des espèces abondamment utilisées en horticulture urbaine (Brock et Foeken, 2006 ; Fleury et al., 2008). Cette activité emploie des centaines de jeunes et, prolifère certainement à cause de sa rentabilité économique, contribuant ainsi à la résorption du taux de chômage (Aké Assi, 2002 ; Radji, 1998). Elle est la source principale de revenu pour plusieurs exploitants et apportent un revenu complémentaire à d’autres (Viguier, 2006). Ce secteur informel n’a pas le niveau d’organisation et le professionnalisme qu’on connait dans certains pays du continent comme le Kenya (Jaffee et Masakure, 2005 ; Nevenet al., 2009) ou ailleurs dans d’autres pays en développement qui exportent des quantités importantes de fleurs dans le monde (Roy and Thorat, 2007). L’expansion de l’horticulture urbaine à Lomé et dans d’autres villes du Togo, accroît le nombre de taxons et mobilise une importante phytobiodiversité (UICN, 1994) constituée aussi bien de la flore autochtone que d’espèces introduites depuis très longtemps ou récemment. Ce qui pose dès lors des questions de recherches dans les milieux scientifiques, notamment quelle est la part de la biodiversité impliquée dans cette activité ? Comment s’organise cette filière ? Qui en sont les acteurs ? Quelle en est sa viabilité et quelle est sa participation à l’économie nationale ? Le plus souvent, la composition floristique des pépinières ou des exploitations horticoles et les bénéfices que les acteurs peuvent en tirer, sont méconnues tout comme les risques d’envahissement (Maki et Galatowitsch, 2004). La flore locale est-elle suffisamment mise à contribution ? Sous la menace actuelle des écosystèmes naturels, la flore ornementale impliquant la flore autochtone peut-elle permettre de mieux protéger la biodiversité ? C’est dans ce cadre que l’étude qui a eu lieu de 1997 à 2010, s’est fixée d’élaborer principalement d’élaborer un état des lieux des plantes introduites au Togo. Cet état des lieux devra servir à l’élaboration de stratégies de conservation et de gestion durable de la biodiversité horticole au Togo. Par ailleurs, il s’agit De façon spécifique, cette étude a permis de réaliser un inventaire botanique le plus exhaustif possible des espèces végétales utilisées en horticulture urbaine au Togo et de présenter quelques-unes de leurs caractéristiques morphologique et phytogéographique. Les enjeux d’un tel diagnostic sont d’une part, une meilleure valorisation et d’autre part, mettre fin à la spéculation parfois fâcheuse (vente d’une plante à la place d’une autre) et limiter ainsi les risques d’intoxication car certaines plantes sont utilisées en pharmacopée traditionnelle. L'inventaire floristique s'est déroulé dans la ville de Lomé et de ses environs d’une part (zone écologique V) et d’autre part, dans toutes les grandes villes des régions administratives du Togo. Le choix des sites est justifié par le nombre de pépinières en croissante augmentation, des travaux de plantation ou d’aménagement des espaces verts publics et surtout privés et de l’ampleur des travaux d’entretien de ces espaces. Plus on s’éloigne de Lomé, plus l’activité est peu pratiquée et cette pratique devient inexistence dans la partie septentrionale du pays. De toutes les villes prospectées, seules Atakpamé (zone écologique III) et Kpalimé (zone écologique IV) dans la Région des Plateaux disposent chacun d’un seul jardin de fleurs. Aucune exploitation ou pépinière n’a été identifiée dans les autres villes du Togo. Il y existe cependant des espaces aménagés et des jardins privés dans des institutions publiques ou privées et les espèces rencontrées et recensées sont celles prises en compte dans cette étude. La méthode qualitative a permis d’identifier et de répertorier les différents parcs, jardins et pépinières. Chaque exploitant ou propriétaire des lieux est informé de l’objet de l’étude et son consentement est acquis à travers une autorisation verbale. La méthode quantitative est réalisée sur la base d’un questionnaire conçu et administré auprès des exploitants, des employés et de la clientèle. Ce questionnaire est destiné à la collecte des informations socio-économiques.

Ces differentes types d'informations ci-dessous sont aussi disponible: - Principaux constituants - Propriétés thérapeutiques - Parties utilisées - Mode d'administration Fréquence d'écoulement

GBIF DwC-A EML RTF 版本 權利
資料紀錄

此資源名錄的資料已發佈為達爾文核心集檔案(DwC-A),其以一或多組資料表構成分享生物多樣性資料的標準格式。 核心資料表包含 84 筆紀錄。

此 IPT 存放資料以提供資料儲存庫服務。資料與資源的詮釋資料可由「下載」單元下載。「版本」表格列出此資源的其它公開版本,以便利追蹤其隨時間的變更。

下載

下載最新版本的 Darwin Core Archive (DwC-A) 資源,或資源詮釋資料的 EML 或 RTF 文字檔。

DwC-A資料集 下載 84 紀錄 在 English 中 (7 kB) - 更新頻率: 有可能更新,但不確知何時
元數據EML檔 下載 在 English 中 (13 kB)
元數據RTF文字檔 下載 在 English 中 (16 kB)
版本

以下的表格只顯示可公開存取資源的已發布版本。

權利

研究者應尊重以下權利聲明。:

此資料的發布者及權利單位為 Université de Lomé。 This work is licensed under a Creative Commons Attribution (CC-BY) 4.0 License.

GBIF 註冊

此資源已向GBIF註冊,並指定以下之GBIF UUID: 7786b55e-c019-4abc-bd9f-61ba27be7a43。  Université de Lomé 發佈此資源,並經由GBIF Togo同意向GBIF註冊成為資料發佈者。

關鍵字

Checklist

聯絡資訊

資源建立者:

Koudjo AKPENE
informaticien
UNIVERSITE DE LOME
lomé
TG
+228-90038866

可回覆此資源相關問題者:

Dr Pierre A.R. RADJI
Associate Professor
Department of Botany - University of Lome
Lomé
TG
+228-90045114

元數據填寫者:

Dr Pierre A.R. RADJI
Associate Professor
Department of Botany - University of Lome
06BP 6135 Tel: (228)90045114 / 22400611 Lome - Togo
Lomé
TG
+228-90045114

與此資源的相關者:

使用者
Koudjo AKPENE
地理涵蓋範圍

plantes sont utilisées en pharmacopée traditionnelle.

界定座標範圍 緯度南界 經度西界 [6.46, 0.02], 緯度北界 經度東界 [11.21, 1.56]
計畫資料

無相關描述

計畫名稱 BID-AF2015-0004-NAC PLANTE HORTICOLE DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE AU TOGO
辨識碼 BID-AF2015-0004-NAC

參與計畫的人員:

Dr Pierre A.R. RADJI
額外的元數據
替代的識別碼 7786b55e-c019-4abc-bd9f-61ba27be7a43
http://ipt-togo.gbif.fr/resource?r=pl_orn_med_tradi